La restructuration des laboratoires de physique de l’ENS

01 Janvier 1970 | Archives des actualités

A la fois grande école et université, l’École normale supérieure dispense à Paris une formation d’excellence par la recherche conduisant aux différents métiers de l’enseignement et de la recherche, et concourt à la formation par la recherche des cadres supérieurs des administrations publiques et des entreprises françaises et européennes. Elle définit et met en œuvre une politique de recherche scientifique et technologique dans une perspective multidisciplinaire et internationale. Le développement de la politique de recherche et son attractivité nécessitent de pouvoir accueillir étudiants et chercheurs dans de bonnes conditions, et donc de bénéficier de locaux aux standards internationaux, de plateformes et ateliers partagés et d’espaces adaptables et conviviaux.

 

Le projet

 

Le site Lhomond n’a pas fait l’objet de travaux importants pendant des années, alors même que les laboratoires de recherche se développaient. Des travaux de mises aux normes de sécurité, d’accessibilité et de rationalisation sont devenus indispensables, tout comme des travaux de modernisation. Ainsi, dans le cadre du Contrat de Plan Etat Région (CPER) 2007-2013 et d’une première tranche du CPER 2015-2020, des travaux ont été engagés par l’ENS et le Rectorat. Ces travaux ont permis une remise aux normes générale de sécurité et l’amélioration du fonctionnement et de la qualité technique principalement des laboratoires de chimie situés dans le bâtiment Erasme. Ces travaux n’ont impacté que marginalement l’intérieur des laboratoires de physique implantés dans le bâtiment Lhomond et aucune intervention n’a été réalisée dans le bâtiment dit « grand hall ».

 

Le projet se réalise dans la continuité des travaux effectués précédemment. Il comprend des interventions préparatoires (installation du liquéfacteur – récupération/production d’hélium – notamment, déménagement des ateliers), des rafraichissements et réaménagements de locaux de laboratoires et principalement une intervention lourde de restructuration du bâtiment dit « grand hall », datant de l’après-guerre et fortement transformé dans les années 1960-70, ainsi qu’en fin d’opération, la reprise des espaces verts.

 

L’opération poursuit également des objectifs ambitieux en matière environnementale, d’exploitation/maintenance et d’adaptabilité des espaces (économies d’énergie, système intelligents, accessibilité aux équipements, …).

 

Chiffres clés :

-          Bâtiment Lhomond : 7 028 m² de SUB

-          « grand hall » 2 694 m² de SUB

-          Budget de l’opération confiée à l’EPAURIF : 23.13 M€

 

Le financement du projet est assuré par la Ville de Paris, la Région Île-de-France et  majoritairement par l’Etat.