Lexique

ALBERT (EDOUARD)
Né en 1910, diplômé de l'Ecole nationale supérieure des Beaux-arts de Paris. Il commence sa carrière d'architecte par des recherches sur les techniques de préfabrication. Il étudie ensuite les matières plastiques. Parmi ses principaux travaux figure la surélévation d'un immeuble rue Jouffroy, réalisée grâce à l'utilisation de tubes et d'une ossature mixte acier-béton. Il s'est également distingué par la conception de l'immeuble administratif d'Air France, à Orly, qui fait appel à de nombreux éléments préfabriqués. On notera, enfin, l'une de ses plus célèbres réalisations, inscrite depuis 1993 à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques : l'immeuble de la rue Croulebarbe, connu pour être le premier gratte-ciel d'habitation de Paris. Considéré comme l'inventeur de l'architecture tubulaire, il reçoit le grand prix international d'architecture en 1958. Il meurt en 1968.
APD
Avant-projet définitif
AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE
Publicité diffusée dans la presse (support papier et/ou électronique) pour informer les candidats potentiels du lancement d'un projet de marché (qui s'apprête à être passé). Cette mesure concerne tous les marchés publics quel que soit leur montant, mais doit être adaptée au caractéristique du marché. En tout état de cause, elle est obligatoire lorsqu'un organisme public engage des dépenses d'un montant supérieur à 90 000 euros hors taxes.
BARRE
Bâtiment de 5 étages entre deux rotondes contenant les locaux (salles de cours, bureaux, laboratoires, bibliothèques).
Il existe deux types de barres :
• Petite barre : 33 m de longueur x 17,6 m de largeur. Surface globale : 2 795 m² SHON
• Grande barre : 45 m de longueur x 17,6 m de largeur. Surface globale : 3 800 m² SHON
BARRES DE CASSAN
Bâtiments en front de Seine (bâtiments A, B et C) et le long de la rue Cuvier (bâtiment F) construits en 1957 et conçus par les architectes Roger Scassal, Louis Madeline, Urbain Cassan et René Coulon. La structure de ces bâtiments n'est pas floquée à l'amiante. Surface totale : 65 000 m² SHON.
BSU
Bibliothèque des Sciences de l'Univers
CAISSE REGIONALE D'ASSURANCE MALADIE D'ILE-DE-FRANCE, SERVICE PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS (CRAMIF)
La CRAMIF est un organisme privé chargé de la gestion d'un service public et administré par un conseil d'administration. Elle a trois domaines d'action : l'assuré social, l'hospitalisation, les entreprises. Le service prévention des risques professionnels de la CRAMIF a pour rôle d'éviter les accidents du travail et les maladies professionnelles des salariés d'entreprises privées ; il assure également des fonctions de conseil aux entreprises et de contrôles du chantier. Dans le cadre de ces contrôles, ce service peut demander toutes les mesures justifiées de prévention. En cas de non-respect de ses injonctions par les entreprises, il peut procéder à l'augmentation des cotisations, jusqu'à 200 %. Il a également une mission d'information (élaboration de guides, notamment sur l'enlèvement de l'amiante et l'entretien d'installations amiantées) et de formation des salariés.
CASSAN (URBAIN)
Architecte élève de Le Corbusier. Ses réalisations : gare de Saint- Quentin (1926) et de Noyon (1927), participation à la construction de la tour Montparnasse (1969-1973). Sur le campus, il est l'un des architectes des bâtiments A,B,C et F et de la tour centrale. Autres constructions : parc des sports de Choisy le-Roi, faculté mixte de médecine et de pharmacie de Lille.
CONCEPTION-REALISATION
La conception-réalisation est régie par les dispositions du décret n° 93-1270 du 29 décembre 1993. Selon l'article 1 du décret : "Lorsque, en application du I de l'article 18 de la loi du 12 juillet 1985 susvisée, le maître de l'ouvrage confie par contrat à un groupement de personnes de droit privé ou, pour les seuls ouvrages d'infrastructure, à une personne de droit privé une mission portant à la fois sur l'établissement des études et l'exécution des travaux, il passe un contrat dit de conception-réalisation "
CONFINEMENT DYNAMIQUE
Mise en dépression de la zone de chantier par des extracteurs d'air*munis de filtres à très haute efficacité. Cette opération permet de s'assurer que le sens spontané de circulation de l'air se fait de l'extérieur vers l'intérieur du bâtiment en cours de désamiantage. Ceci apporte une garantie supplémentaire contre le risque de pollution des locaux voisins et de l'environnement ainsi qu'une sécurité supplémentaire en cas de déchirement de l'enveloppe étanche (confinement statique).
CONFINEMENT STATIQUE
Opération permettant de rendre la zone de chantier étanche. La plupart du temps, il est assuré par la pose films de polyane sur les fenêtres et sur les sols. Les murs intérieurs pouvant être soit recouverts par des films de polyane, soit traités par un vernis.
CONSEIL D'ADMINISTRATION
Le conseil d'administration a pour rôle de conduire la politique générale de l'Etablissement et de délibérer sur les orientations à prendre. Présidé par le Président du conseil d'administrationde l'EPA Jussieu, il est composé de représentants de :
• de l'EPA Jussieu,
• des établissements universitaires du campus,
• du Rectorat,
• des ministères de la Santé, de l'Equipement, de la Recherche, de la Culture,
• de la Préfecture de Région,
• du conseil régional,
• de la mairie de Paris.
CONSIGNATION
Isolation des installations techniques d'un bâtiment.
CONTRAT DE PARTENARIAT PUBLIC PRIVE
C'est un contrat administratif par lequel une personne publique confie à une personne privée, pour une période déterminée en fonction de la durée d'amortissement des investissements ou des modalités de financement retenues, une mission globale ayant pour objet le financement, la construction ou la transformation, l'entretien, la maintenance, l'exploitation ou la gestion d'ouvrages, d'équipements ou de biens immatériels nécessaires au service public.
CONTRAT DE PLAN ETAT-REGION
Le Gouvernement a mis en place pour la période 2000-2006, un programme de contrats de plan Etat Régions qui favorise l'aménagement durable du territoire, la cohésion sociale et l'emploi.
COORDINATEUR SECURITE ET PROTECTION DE LA SANTE (CSPS)
Le coordinateur sécurité et protection de la santé est une personne désignée par le maître d'ouvrage et spécifiquement qualifiée pour prévenir les risques découlant de l'interférence des entreprises intervenant sur un chantier, de quelque nature que ce soit ainsi que les risques lors de la maintenance ultérieure de l'ouvrage. Dans le cadre d'un chantier de désamiantage, le rôle du CSPS est de s'assurer que les dispositions suffisantes ont été prises pour éviter toute pollution par les fibres d'amiante. Ainsi, il doit vérifier le bon fonctionnement du confinement de la zone de travail, de la mise en dépression, de l'évacuation des déchets, enfin vérifier les équipements prévus pour la protection des intervenants. Il doit définir les mesures à respecter afin de limiter le risque d'exposition à l'amiante et en vérifier l'application. C'est un assistant du maître d'ouvrage chargé de vérifier que les entreprises respectent la réglementation en vigueur. Il alerte en cas de besoin le maître d'ouvrage et le maître d'oeuvre.
DALLE
Surface de circulation extérieure, correspondant au niveau Jussieu.
DEFLECTEURS
Pièces en acier qui, en cas d'incendie, permettent de dévier les flammes des structures métalliques porteuses. Des déflecteurs ont été installés de mars à décembre 2003 le long de tous les poteaux extérieurs des bâtiments non rénovés du gril.
DEMANTELEMENT
C'est la deuxième étape du désamiantage après le confinement. Elle consiste à retirer les dalles des faux plafonds, des placards techniques et de tous les réseaux afin de pouvoir accéder aux surfaces recouvertes d'amiante.
DESENFUMAGE (SYSTEME DE)
Système d'évacuation des fumées, faisant partie de la sécurité incendie d'un bâtiment. Ce système a été mis en place dans tous les escaliers des rotondes de Jussieu.
DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE (DTA)
Le DTA a vocation à centraliser toutes les informations concernant l'amiante dans un immeuble. Constitué sur la base d'un repérage amiante, sa mise à jour, qui est de la responsabilité des propriétaires successifs, doit se poursuivre pendant toute la vie de l'immeuble (jusqu'à sa démolition). Les biens dont le permis de construire est antérieur au 1er juillet 1997, à l'exception notable de la maison individuelle et du lot privatif de copropriété, sont concernés par le DTA.
Le DTA comporte (article R. 1334-26 du Code de la Santé Publique) :
• 1. la localisation précise des matériaux et produits contenant de l'amiante ainsi que, le cas échéant, leur signalisation,
• 2. l'enregistrement de l'état de conservation de ces matériaux et produits,
• 3. l'enregistrement des travaux de retrait ou de confinement de ces matériaux et produits et des mesures conservatoires mises en oeuvre,
• 4. les consignes générales de sécurité à l'égard de ces matériaux et produits, notamment les procédures d'intervention, y compris les procédures de gestion et d'élimination des déchets,
• 5. une fiche récapitulative.
EMOC
Etablissement public de Maîtrise d'Ouvrage des travaux Culturels
ERP : Etablissement Recevant du Public
Un ERP se distingue d'un bâtiment non ouvert au public n'accueillant que des occupants permanents. L'arrêté du 25 juin 1980 fixe les règles applicables aux ERP selon leur classement en catégorie et selon leur usage (enseignement, salle de spectacle, bibliothèque, restaurant...). En particulier, dès qu'un bâtiment universitaire accueille des étudiants (qui ne sont pas considérés comme des occupants permanents, à la différence des enseignants et personnels), il doit répondre aux contraintes d'un ERP. Parmi ces contraintes, on peut citer la stabilité au feu de l'ossature porteuse du bâtiment, le dimensionnement et le nombre des dégagements et sorties (en particulier escaliers), les systèmes d'alarme et de sécurité incendie. La commission départementale de sécurité (dont sont membres la préfecture de police et les pompiers de la ville) est chargée de veiller au respect de ces dispositions lors de la présentation du projet puis au moment de l'ouverture au public du bâtiment.
Projections de fibres sur un support
en vue de constituer un revêtement qui réponde à des caractéristiques techniques bien précises : augmentation de la résistance et de la stabilité d'une structure exposée à un incendie ou amélioration des performances acoustiques ou thermiques de locaux ou d'équipements
GRIL D'ALBERT
Partie des bâtiments de Jussieu conçue par l'architecte Albert et construite entre 1964 et 1972. Il s'agit d'un maillage de bâtiments, sur une base orthogonale. Les bâtiments sont reliés par des tours ou rotondes numérotées. Surface totale : 230 000 m² SHON.
IMMEUBLE DE GRANDE HAUTEUR (IGH)
Constitue un immeuble de grande hauteur tout corps de bâtiment dont le plancher bas du dernier niveau est situé, par rapport au niveau du sol le plus haut utilisable pour les engins des services publics de secours et de lutte contre l'incendie :
• à plus de 50 m pour les immeubles à usage d'habitation ;
• à plus de 28 m pour tous les autres immeubles (d'après code de la construction et de l'habitation, livre I, section I, article R 122.2).
Le principe de sécurité d'un IGH est le compartimentage. Tous les étages sont indépendants les uns des autres. En cas de sinistre, l'étage concerné peut être évacué tandis que les autres niveaux de l'immeuble peuvent continuer leurs activités. Dans sa construction, il est nécessaire de prévoir une grande stabilité au feu de la totalité des structures constituant le squelette. Il faut utiliser des matériaux de construction dont le pouvoir calorifique est limité. Enfin, il est indispensable de prévoir un système de désenfumage. Des groupes électrogènes de secours doivent assurer en permanence le fonctionnement des organes de sécurité (ascenseurs, désenfumage, alarme, détection, etc.). Enfin, la réglementation indique qu'il est indispensable de disposer d'un centre de secours (caserne de sapeurs-pompiers) à proximité d'un immeuble de ce type.
INERTAGE
Procédé utilisé pour détruire les fibres d'amiante. En portant l'amiante à très haute température, les fibres sont détruites. L'amiante est alors transformé en un matériau dur ne représentant plus de danger. On dit aussi qu'il est vitrifié.
IPGP
Institut de Physique du Globe de Paris
LOCAUX TIROIRS
Locaux en location à l'extérieur du campus ou bâtiments temporaires sur le site de Jussieu, qui permettent de reloger de façon provisoire les occupants des barres, afin de permettre l'avancement des travaux.
MAITRE D'œUVRE/MAITRISE D'œUVRE
Personne physique ou morale, de droit privé ou de droit public, chargée d'apporter une réponse architecturale, technique et économique au programme défini par le maître d'ouvrage. C'est le maître d'oeuvre qui a autorité directe sur les entreprises.
PATIOS
A Jussieu : cours intérieures comprises entre quatre barres au niveau dalle (ou niveau Jussieu).
PEINTURE INTUMESCENTE
Intumescent : qui gonfle, se dilate.
La peinture intumescente a pour effet de retarder l'échauffement des structures métalliques, et donc de prolonger la tenue au feu du bâtiment, permettant ainsi l'évacuation et la maîtrise du feu par les pompiers. Elle se compose de trois couches : une couche anti-corrosion, une couche de produit chimique intumescent qui protège contre le feu (par production de gaz inertes qui provoquent un gonflement sous forme d'une matière spongieuse atteignant plusieurs centimètres d'épaisseur) et une couche de protection externe et de finition.
PLAN MASSE
Le plan de masse est un plan représentant l'emplacement du projet de construction par rapport à son voisinage immédiat. Il indique les limites et l'orientation du terrain, l'implantation et la hauteur de la construction, le tracé des voies de desserte et de raccordements.
POLYANE (FILM)
Film plastique étanche.
ROTONDE
A l'intersection des différents bâtiments (ou barres) du Gril, les rotondes ou tours numérotées contiennent les moyens d'accès aux étages (ascenseurs, escaliers, et quelquefois monte-charge). Surface : 18 m x 18 m.
SURFACE HORS OEUVRE NETTE (SHON)
Aux termes des deuxième et troisième alinéas de l'article R. 112-2 du code de l'urbanisme, la surface de plancher hors oeuvre nette d'une construction est égale à la surface hors oeuvre brute de cette construction après déduction :
•a) Des surfaces de plancher hors oeuvre des combles et des sous-sols non aménageables pour l'habitation ou pour des activités à caractère professionnel, artisanal, industriel ou commercial ;
•b) Des surfaces de plancher hors oeuvre des toitures-terrasses, desn balcons, des loggias, ainsi que des surfaces non closes situées au rez-de-chaussée ;
•c) Des surfaces de plancher hors oeuvre des bâtiments ou des parties de bâtiments aménagés en vue du stationnement des véhicules ;
•d) Dans les exploitations agricoles, des surfaces de plancher des serres de production, des locaux destinés à abriter les récoltes, à héberger les animaux, à ranger et à entretenir le matériel agricole, des locaux de production et de stockage des produits à usage agricole, des locaux de transformation et de conditionnement des produits provenant de l'exploitation ;
•e) D'une surface égale à 5 p. 100 des surfaces hors oeuvre affectées à l'habitation telles qu'elles résultent le cas échéant de l'application des a, b, et c ci-dessus. Sont également déduites de la surface hors oeuvre dans le cas de la réfection d'un immeuble à usage d'habitation et dans la limite de cinq mètres carrés par logement les surfaces de planchers affectées à la réalisation de travaux tendant à l'amélioration de l'hygiène des locaux et celles résultant de la fermeture de balcons, loggias et surfaces non closes situées en rez-de-chaussée.
SOCLE
Il comprend les deux niveaux situés sous la dalle Jussieu :
•un niveau dit Saint-Bernard ou rez-de-chaussée, correspondant au niveau des rues environnantes (rue des Fossés Saint-Bernard, quai Saint-Bernard, rue Cuvier). Le parking du campus est situé à ce niveau.
•un niveau de sous-sol.
Surface totale : 63 600 m² SHON
UPMC
Université Pierre et Marie Curie
ZAC PRG
ZAC Paris Rive Gauche